Riptide


J’ai récemment redécouvert les 3 saisons d’une série qui a bercée mon enfance, Riptide. En cette époque bénie que l’on appelle les années Reagan, le héros du côté de la loi n’était pas le médecin légiste mais bien le détective privé. Et ce n’est pas Magnum qui dira le contraire, ni Mike Hammer. L’équipe de Riptide est donc sans surprise, une agence de détectives privés.

Synopsis

Cody et Nick, deux anciens du Vietnam, ont fondé une agence de détective en Californie. Ils utilisent leurs différents véhicules (hélicoptère, bateau, voiture de sport) pour résoudre les énigmes et poursuivre les criminels. Cody possède le fameux bateau, le Riptide et Nick une sublime corvette rouge ainsi que l’abominable hélicoptère peint en rose avec un dessin de bouche de requin affectueusement surnommé Mimi. Le troisième larron de l’équipe est le scientifique également vétéran du vietnam, Murray Bozinsky dit Boz et son robot Roboz. Leur agence est directement installée sur le bateau de Cody qui s’appelle le Riptide et qui est amarré à côté d’un bateau dont l’équipage n’est constitué que de canons. L équipe mettra ses talents en commun pour résoudre les énigmes à King Arbor, en dépit des batons dans les roues du lieutenant de police local, Quinlan.

Mon humble avis

Riptide fait partie des séries mythiques diffuses sur la Cinq de Berlusconi, durant l’émission A fond a caisse qui ne diffusait d’ailleurs que ce genre de séries : K 2000, Tonnerre Mécanique, Supercopter. La série a été créée par le producteur incontournable des années 80, le regretté Stephen J. Cannell, on peut le voir à la fin des génériques de ses séries jeter sa célèbre feuille de papier de sa machine à écrire. On lui doit un nombre incalculable de séries comme l’Agence tous risques, 21 Jump Street,  Rick Hunter, Le Juge et le Pilote, pour n’en citer que quelques-unes. Dans celle-ci, on n’a pas de véhicule futuriste comme Supercopter et K-2000 mais on est dans l’accessoire cool qui permet des scènes poursuites d’anthologie. Hormis quelques histoires étalées sur deux épisodes, les épisodes d’une heure s’enchainent sans liens particuliers. Les scénari restent très classiques, à défendre la veuve et l’orphelin. Cette série est pourtant vraiment sympa encore que l’effet nostalgie permet de pardonner plusieurs faiblesses. Tout d’abord, l’équipe du Riptide ne se prend pas au sérieux et il y a un véritable équilibre entre les 3 compères. Moins connue que Magnum et Miami Vice, Riptide a un charme difficile à expliquer et un coté feelgood qui la rend très plaisante à regarder, même 30 ans plus tard.

Tags La Cinq

Share this post