Oz


Oz est une série américaine de 1997 et diffusée sur HBO (Game of Thrones, comme référence on a fait pire), se déroule dans un univers carcéral. Ne vous y trompez pas : vous pouvez oublier Prison Break et même Orange is the New Black, Oz est d’une rare violence autant physique comme morale. Mais c’est aussi une grande série que je découvre enfin après 17 ans.

Le synopsis

Oz est, avec un certain cynisme non pas l’univers fantastique du magicien du même nom, mais une prison expérimentale dans laquelle les prisonniers peuvent circuler relativement facilement, ou chaque groupe est équitablement représenté (attention les groupes : gangstas, latino, mafieux, bikers, aryen, que des types flippants). Dirigée par McManus, cette prison est loin de donner les résultats escomptés et chaque jour devient plus dur pour les prisonniers mais aussi pour le personnel. De cette violence nait des amitiés, des alliances, des trahisons, des relations qui ne cessent d’évoluer, en général en mal.

Le casting

Le casting est impeccable avec un grand nombre de personnages mémorables : vous retrouvez d’ailleurs de nombreux acteurs sur d’autres séries par la suite tels que Harold Perrineau JrDean Winters , Kirk Acevedo, et mon favori, le Mister Eko de Lost Adewale Akinnuoye-Agbaje. Au sommet de tout cela on peut citer la relation entre Tobias, le « héros » un avocat déchu et Schillinger, un abominable pro-nazi, qui a elle-même justifie de regarder la série.

Mon humble avis

Cette série datant de 97 fait passer Prison Break pour une série Disney : violence, mutilation, meurtres, rien ne nous est épargné. Bien avant Game of Thrones, et même avant les Sopranos, HBO proposait déjà des séries violentes, avec de réels risques scénaristiques : mort violente des héros, violence… C’est la première série au format d’une heure de HBO. Cette violence est tout sauf gratuite à la différence des scènes de sexe dans Game of Thrones d’ailleurs.

Le point de vue est également intéressant car il présente chaque détenu en quelques secondes, présentant rapidement son crime et sa peine, le tout commenté par l’excellent Harold Pattineau, dont vous vous rappelez l’insupportable rôle de papa à la ramasse dans Lost. Plus intéressant est le personnage de Tobias que l’ont voit se faire incarcérer et s’écrouler. Cet avocat qui a brisé sa vie en renversant une petite fille en conduisant saôul va connaître tous les affres de la descente aux enfers qu’est Oz. Encore plus intéressant est la relation de la loi du plus fort non seulement du coté des détenus et mais aussi du coté du personnel administratif, avec des sympathies et des haines à peine voilées entre les différents membres.

Bien avant Game of Thrones, HBO lançait une série iconoclaste, d’une rare violence, une prise de risque d’autant étonnante que cette série date de la fin des années 90. Ne me faîtes pas dire ce que je n’ai pas dit : Oz n’est pas meilleur que Game of Thrones mais sa brutalité très réelle ne nous offre pas le luxe d’une prise de distance comme pour un univers imaginaire ; cela la place parmi le panthéon des grandes séries dramatiques telles que The Wire et les Sopranos.

Share this post