monter un pchc

Montage d’un PCHC

Depuis longtemps, je souhaite monter un PCHC (PC Home Cinema, Media Center), pour regarder tranquillement mes films et séries préférées, sans avoir à partir en expédition dans la Bluraythèque devenue trop envahissante. La Xbox 360 prouvait qu’il était possible d’avoir une interface intuitive même avec une manette de console. Enfin, j’en ai assez de mon vieux lecteur Blu Ray qui rejette un BluRay sur cinq. Place aux mkv et autres mpeg, je veux un HTPC.

Le budget est serré tout comme les dimensions : mon meuble TV ne permet pas de dépasser 17 cm de hauteur. A cela il faut encore réduire cette valeur afin de permettre à l’air de circuler pour assurer un minimum de ventilation. Dernière contrainte, ce PCHC doit aussi remplacer le lecteur Blu-Ray, il devait intégrer obligatoirement un lecteur/graveur Blu-Ray interne.

Le choix des pièces

Le boitier après de très très longues hésitations entre un boitier mimi ITX et un PC bureau (desktop) se porte sur le SilverStone Milo ML03 (noir) à 80 €. Le format mini ITX apporte un produit compact et élégant qui se fond parfaitement dans le meuble TV à coté de la Box.  Toutefois,, le prix des pièces est plus cher, la miniaturisation des composants faisant gonfler l’enveloppe. De plus le montage semble assez acrobatique quand on lit les commentaires. A contrario, le Silverstone au format micro-ATX est plus haut et plus massif mais en contrepartie, il permet de prendre des composants plus grands et donc sensiblement plus performant, ainsi que d’installer une véritable ventilation.

boitier PCHC silverstone

Pour la partie processeur, j’ai pris initialement un package processeur et carte mère ASRock E350M1 Mini ITX AMD. Il est actuellement disponible à la vente, je vous recommande vivement son successeur qui en plus a une dissipation passive : ASRock AD2550B-ITX Carte mère Intel Mini ITX Socket Atom.

Coté disques, c’est le minimum syndical  avec un disque SSD de 60 Go, pour héberger Windows et les quelques logiciels pour lire les médias et économiser quelques euros. Pour le stockage brut, j’ai un disque dur de 2 To dédié aux films HD et 4To pour les séries en HD également. Pour vous donner un ordre d’idée, le 2 To héberge plus de 400 films en HD et le 4 To 40 séries. J’ai eu du mal à placer tout ça dans le boitier mais j’ai finalement réussi.

Pour l’alimentation, la machine n’étant pas un foudre de guerre, une puissance de 300 W était suffisante. Je vous conseille vivement une alimentation de type SFX qui sont plus petites que les alimentations classiques.

Be Quiet ! Alimentation SFX Power 2 300W

Ventilation

Pour mémoire, plus un ventilateur est grand moins il génère de bruit et le flux d’air sera d’autant plus important (voir le guide pour un PC silencieux). Ce modèle me permet d’installer un ventilateur de 140 mm en extraction (un luxe rare!) associé à deux ventilateurs latéraux de 80 mm.

 

 

 

Le choix du logiciel Media Center

Coté logiciel, l’offre est très généreuse entre Windows Media Center, XBMC… J’ai démarré avec Zappiti, pour finalement basculer sur Kodi, (anciennement XBMC). J’avoue que sa compatibilité avec l’application Yatse pour piloter sa bibliothèque depuis le smartphone/tablette m’a complètement séduit. Il ne faut pas oublier un logiciel pour lire directement les Blu-Ray, qui n’est pas prévu de base sur Windows. J’ai pris donc Aurora.

le media center kodi

Pour télécharger et installer Kodi

Pour découvrir l’application Yatse

Télécommander son PCHC

Comment piloter cet appareil ? De nombreuses solutions sont disponibles pour ma part, j’alterne entre le clavier de salon Logitech K400 qui est un clavier sans fil intégrant un trackpad et mon smartphone/tablette via l’application Yatse pour piloter directement le logiciel Kodi (XBMC). Je pensais utiliser à terme une simple manette Xbox mais pour le moment ça me suffit amplement.

piloter un PCHC avec son smartphone et un clavier de bureau

Les autres possibilités de PCHC

Même si cet article est focalisé sur un type de PCHC, il existe de nombreuses autres façons de lire des vidéos dans un salon : entre les vrais média center comme Zapiti, les NAS avec une fonction de lecture, les mini PC barebonne, le raspberry Pi…les solutions ne manquent pas selon vos envies et votre budget.

solution PCHC rasperry Pi console

Les autres utilisations du PCHC

Coté logiciel, ce PCHC n’est pas verrouillé sur Kodi, il peut lancer ytorrent ou encore l’application Netflix, Youtube, ou bien simplement un navigateur web. Il reste pas très puissant, il ne faudra pas trop lui en demander quand même. Enfin, si vous avez un PC gamer pour faire tourner vos jeux, vous pourrez les streamer directement sur votre télé grâce à Steam.

Retour d’expérience après quelques semaines d’utilisation

Très content, je vais revenir sur les points qui m’ont surpris en bien ou en mal. Globalement, le PCHC a un look très agréable et s’intègre naturellement dans un meuble TV. Il assure parfaitement la fonction de support media qu’on lui demande.

Le Boitier : en partant sur du mini ITX j’imaginais presque un lecteur Blu Ray extra mince en comparaison avec une tour PC classique ; Sur le papier, c’est beaucoup petit mais posé à côté d’une Box (BBox en l’occurrence), et même d’un console de jeu (WiiU et Xbox 360), l’appareil fait massif : il rappelle plus un gros lecteur VHS qu’autre chose. De plus en me focalisant sur la hauteur, j’ai négligé la profondeur. Or, un PCHC et pas forcément ce modèle en particulier, risque d’être assez profond et il faut ajouter à cela les câbles à l’arrière de la machine : alimentation, le cable hdmi, le son, qui même en version coudée rajoutent quelques précieux centimètres de plus. Le résultat est que l’on a un gros bloc noir assez avancé dans le meuble. Rien de rédhibitoire, mais ça peut surprendre.

Le montage des différents composants a été plus simple que je ne pensais. Le format mini itx de la carte mère apporte beaucoup de place. J’ai même pu fixer un ventilateur de 14 pouces sur le dessus, qui assure une ventilation de efficace et surtout silencieux pour un appareil qui dans l’absolue ne devrait pas atteindre des températures phénoménales.

Toutefois deux petits blocages : le lecteur BluRay est quasiment collé à l’alimentation, j’aurai du prendre un modèle SFX, norme que je ne connaissais pas encore au moment de l’achat. Ça fonctionne mais le câble même en version coudée est bien plié, le montage n’est pas très soigneux de ce côté.

La bonne surprise est qu’avec la carte mère et le processeur de base, les vidéos de plusieurs Go en 1080p tournent sans rougir. Je n’ai pas finalement eu à acheter de carte graphique low profile.

Le gros problème a été le disque Dur Seagate de 3To. Il vibre énormément et même si à la base il ne fait pas trop de bruit, il génère un fond sonore assez déplaisant qu’il soit dans le PCHC ou dans un boitier externe. J’ai changé pour son équivalent Western Digital.